Hello tout le monde !

Avant toute chose, je tiens à me présenter car ce n’est ni Cheeky, ni Pandoxyd qui rédige cet article … Moi c’est Charline ! Je suis graphiste dans le monde de la 3D depuis 2 ans et dorénavant c’est moi qui serai chargée de la catégorie « Interview » du blog à raison d’une ITW par mois.

Pour ce mois de Janvier, nous avons décidé avec Cheeky de nous intéresser à un artiste ayant travaillé sur les effets spéciaux de films à très gros budget tel que Moi, Moche et Méchant 3, Kingslaive Final Fantasy XVLes Animaux fantastiques ou encore Kingsman : Le Cercle d’or mais aussi des cinématiques de jeux vidéos qui auront marqué les dernières éditions de L’E3 comme Beyond Good and Evil 2, For Honor ou encore The Crew 2. 

En exclusivité pour le blog de Cheeky, Achraf « Alkyum » Ayadi a accepté de répondre à nos questions afin que nous puissions en savoir plus sur son métier mais aussi ses motivations. Il a travaillé sur toutes les vidéos présentes dans cet article … ENJOY 😉

Photo d'Achraf "Alkyum" Ayadi

Charline : Bonjour Achraf, merci d’avoir accepté cette interview pour le blog de Cheeky. Peux-tu nous faire une brève présentation de toi ? Qui es-tu et d’où viens-tu ?

Alkyum : Bonjour Cheeky et Charline, tout d’abord merci de m’avoir contacté pour cette interview, je vais essayer de répondre au mieux à vos questions. La question est assez ouverte du coup je vais brasser large.

Je m’appelle donc Achraf, ça se prononce “Ashraf” et tous mes amis m’appellent Ash (comme Sacha dans Pokemon oui ..).

Derrière ce prénom d’origine marocaine se cache un jeune Montreuillois (93) addict à l’informatique depuis toujours. J’ai grandi avec mon grand frère de 3 ans mon aîné et ma petite soeur de 5 ans ma cadette. Nous avons eu nos premières consoles quand j’avais 5 ans avec la Sega et la SuperNes, par la suite, j’ai eu mon premier ordinateur à 8 ans et je ne l’ai pas lâché depuis. Je me souviens avoir commencé avec un disque dur de 3.6Go et 64Mo de Ram et c’était le grand luxe à l’époque. Je rentrais en courant depuis le collège le midi pour allumer mon ordinateur, il mettait environ 15mn à s’allumer ça me laissait le temps de manger vite et quand je revenais j’étais sur le bureau de mon Windows 98 SE !

Ce n’est qu’au lycée que je me suis intéressé à la 3D, j’ai commencé sur Blender en 2007, tout seul chez moi en achetant des livres et des magazines, old school ! Je pense que j’ai bien raconté ma vie là ! 😀

Charline : Y a-t-il un film, un jeu vidéo ou une image qui t’a marqué durant ton enfance et qui t’a donné envie de faire de la 3D et des VFX ? Où serait-ce autre chose?

Alkyum : Quand j’étais petit j’ai eu la chance de voir pas mal de films au cinéma. Tarzan était l’un de mes premiers souvenirs, la perfection de l’animation et les passages 2.5D révolutionnaires à l’époque. Une des plus grosses claques restera les Pixar avec Toy Story 1 et 2, 1001 pattes qui prouvent qu’on peut faire des films très poussés 100% 3D, il ne fallait pas me demander comment ça fonctionnait à ce moment.. Et bien sûr les Star Wars, surtout la deuxième trilogie, pour les effets spéciaux, c’était un peu plus de mon époque quand meme !

 

Charline : Pourquoi avoir choisi l’université Paris 8 plutôt qu’une école de 3D “classique” ? Quels souvenirs gardes-tu de tes années d’étudiants ?

Alkyum : Au début j’avais visé Supinfocom Valenciennes après le Bac mais par manque d’argent et par bon sens je n’ai pas donné suite. Je me suis retrouvé un peu par hasard en DUT informatique à Montreuil qui est affilié à Paris 8. C’est à partir de là que j’ai découvert ATI (Arts et Technologies de l’Image) à Paris 8 grâce à l’équipe pédagogique qui a su m’orienter (je n’aurais jamais imaginé dire ça un jour …). C’est une formation assez spéciale qui combine la double compétence, aussi bien artistique que technique (code, script, jeux video …). Je salue le labo INREV qui gère l’école et en particulier Cédric Plessiet que j’ai eu la chance de rencontrer à l’IUT et qui m’a accepté en stage par la suite ainsi que toute l’equipe, que des bons souvenirs !

 

Charline : La spécialisation dans les effets spéciaux, ça t’es venu comment ?

Alkyum : La spécialisation dans les effets spéciaux est venue naturellement. Je faisais pas mal de Jeux vidéo à l’école ou à la maison mais graphiquement parlant j’étais loin de la qualité du précalculé que je pouvais avoir avec Mental Ray (lol) due aux limitations du temps réel. Il n’y avait pas encore d’Unreal Engine gratuit ou encore Unity n’en était qu’à ses débuts. D’un autre côté mes compétences en code me permettaient de pousser toujours plus loin les limites de Maya. Je me souviens avec mon équipe faire des scripts Python pour voxelisé des objets dans Maya pour en faire un court métrage. Un coucou à la team WeDontSleep : Gaëlle Minisini, Sophie Gabay et Bady Mebarki qui m’ont permis de pousser la qualité et le travail et de garder toute ma motivation sur nos différents projets. La belle époque ! (Voir “Legoboy”)

 

Charline : Tu utilise parfois le pseudonyme “Alkyum” que signifie t-il, et d’où vient-il ? En tant que graphiste, on a tous fais des images qui nous rendaient très fiers à l’époque de nos débuts et qui nous font beaucoup rire maintenant, peux-tu nous en montrer une et nous raconter son histoire ?

Alkyum :  Absolument rien de spécial à ce sujet (haha). C’était avant tout dans les jeux vidéo, je me faisais appeler “Etane” à l’époque. Quand je suis repasser sur PC ce pseudo ne  fonctionne pas car souvent déjà utilisé par quelqu’un d’autre, je me suis donc dit que je devais créer un pseudo original, cool et un peu plus complexe pour ne pas tomber sur quelqu’un d’autre avec le même. Un mix donc d’Asylum pour mon côté “fou”, d’Alkalyne pour mon côté “hyperactif” et voilà !! À l’époque Google me renvoyait vers le mot Alkyle, maintenant il me reconnait. :’)

Rendu 3D d'Achraf "Alkyum" Ayadi datant de 2009

C’est une image qui date de 2009, c’était pour un concours qui s’appelait Nuit Max sur le Blender Clan. Le concept était tres simple, on avait de 20h à 8h du matin le lendemain pour faire une image full 3D. J’avais fini 2eme ce jour là avec mon image derrière un pro qui utilisé un autre logiciel que Blender, Maya ! Depuis ce jour je me suis ouvert aux autres logiciels comme 3dsMax et Maya en les voyants comme des outils et j’essaie de tirer de chacun d’eux le maximum de leurs avantages et de combler leurs inconvénients. Aucun n’est réellement meilleur qu’un autre, le plus important c’est ce qu’on en fait. 🙂

Charline : Ces dernières années, tu as pas mal navigué entre les différentes types de production : le clip vidéo, la publicité, le film live action et le film d’animation. Quel est aujourd’hui le type de production où tu te sens le plus à l’aise et pourquoi ? Ton parcours est-il dû à des opportunités ou as-tu choisis de simplement tout tester ?

Alkyum : J’ai eu pas mal d’opportunités mais je me suis surtout forcé à changer le plus souvent possible afin de tester les differents types de production, de studio … En ce moment c’est la pub qui m’attire le plus et plus particulièrement les projets 100% 3D, il y a beaucoup de travail et c’est très varié, ça me permet à chaque fois de tester de nouveaux effets et de repousser les limites de mon imagination. Avec une deadline assez proche ca permet de ne pas perdre la motivation tout au long de la production. De plus les sorties au cinéma, à la tv ou encore sur internet sont assez rapides. Je compare avec les productions cinématographiques sur lesquelles on peut travailler plusieurs années avant de voir le résultat sur grand écran et c’est assez frustrant quand on commence… 

Charline : Je suppose que l’ambiance, les méthodes de travail et les attentes sont différentes entre Unit image à Paris et Framestore à Londres . Quelles sont les principales différences ?

Alkyum : C’était assez différent effectivement mais tout aussi agréable à vivre au jour le jour. Unit Image c’est un peu les copains, la famille, avec qui j’ai traversé pas mal d’épreuves et on se connait aussi bien dans les beaux que dans les mauvais jours, ça rapproche haha. Framestore c’était un autre pays, une autre culture, beaucoup plus de bières, beaucoup plus de monde dans le studio du coup les relations se font plus lentement. J’ai mis 1 mois et demi à comprendre qui étaient mes supérieurs et les gens de la prod qui venait me voir tous les jours pour me donner du travail, c’est tellement hiérarchisé qu’il faut quand même un petit temps d’adaptation (ou c’est peut être moi qui suis mauvais haha). Sinon le côté famille était présent au sein du département, énormément de nationalité différente et humainement c’était très enrichissant. J’ai maintenant des amis en Corée, en Italie ou encore à Los Angeles ! Les méthodes de travail sont très différentes par contre, le pipeline est très élaboré et en constante évolution. Tous les outils internes permettent de rendre des tâches fastidieuses ou infaisables carrément plus simple. L’inconvénient de tout ça est peut être le temps nécessaire pour maîtriser les outils et surtout être efficace et autonome par la suite.

Charline : Tu es actuellement chez UNIT image en temps que Superviseur FX, comment s’est passé la transition de graphiste à superviseur ? Quel est ton travail en tant que superviseur ?

Alkyum : La transition s’est faite plutôt naturellement, j’essaie d’apporter un maximum à Unit malgré le peu d’expérience que j’ai. Ça me permet d’explorer une autre facette de notre travail, c’est vraiment intéressant et très différent du poste de FX artist. Le poste de superviseur est très important pour l’avancement de la production car je suis le lien entre les FX et les autres départements, c’est une charge de travail non négligeable. Je me pose des milliers de questions et je dois essayer de trouver des solutions tout le temps, avant, pendant et après le projet du coup je n’ai plus beaucoup de temps pour travailler sur mes shots ou sur mes projets persos à coté, ça demande énormément d’investissement mais j’aime ça (j’arrive encore à dormir la nuit donc ça va ahah).

Charline : Quel a été le projet qui t’a posé le plus de problèmes et pourquoi ? Le projet dont tu es le plus fier et pourquoi ?

Alkyum :  Le projet qui m’a posé le plus de problèmes était le clip de Coldplay à Mathematic. J’ai eu l’occasion pour cette production de tester énormément de chose afin de répondre au mieux à la prod. Je m’étais mis une pression énorme, je me souviens, et je pense que c’est le cas de pas mal d’étudiants au moment de leur première grosse production. J’avais comme soutien à l’époque Julien Lambert, le superviseur du projet, ainsi que Thomas Van Maele, le Superviseur FX. Ils m’ont énormément appris et redonner confiance en moi. Je devais à l’époque faire le pont entre Maya/Arnold et Houdini, des logiciels que je n’avais jamais utilisé en prod mais uniquement à la maison sur des projets persos, et bah c’était chose faite ! Je peux alors dire que c’est le projet dont je suis le plus fier aussi, chaque fois que j’entends cette musique je revois Chris Martin (le chanteur du groupe) faire son tour dans les studios de Mathematic.

J’en profite pour faire un coucou à toute l’équipe de Mathematic que je suis toujours content de retrouver.

Charline : Quels sont aujourd’hui tes logiciels de prédilection ?

Alkyum : Comme dirait le poète Kaaris “Houdini, Houdini, Houdini…”. Pour les FX, c’est un incontournable en ce moment. J’ai eu la chance d’apprendre très tôt grâce à ma formation ATI très  technique qui proposait en dernière année une initiation, bien sûr je n’ai pas attendu la dernière année et je ne regrette pas du tout d’avoir passer des nuits à essayer de comprendre ce logiciel. Il y avait très peu de tutos en 2013 mais venant de Blender à la base j’avais très mal vécu le passage à Maya/3dsmax. Je trouvais ces logiciels 3D plein de bugs, lourd à manipuler, de vraies usines à gaz là où Houdini était bien plus stable et l’interface efficace. Pour les points forts, son côté procédural permettant de faire des itérations très rapidement et des effets extrêmement complexes tout en gardant une certaine stabilité. Et … je vais m’arrêter là avant de passer pour un envoyé de SideFX haha. Plus sérieusement, Houdini constitue l’essentiel de mes outils en FX, à cela s’ajoute 3dsMax avec FumeFx, Phoenix FD ainsi que Thinking Particle (très puissant mais malheureusement prisonnier de 3dsmax …). Je le dis souvent pour ceux qui voudraient commencer dans le monde des FX, ne pas tout miser sur Houdini uniquement mais essayer ce qui se fait à coté en parallèle afin d’avoir une vue d’ensemble sur les outils mis à disposition aujourd’hui, vous n’en sortirez que meilleur. 😉

Charline : Comment vois-tu aujourd’hui ton avenir dans le monde des effets spéciaux ? Une carrière en Amérique est-elle envisageable ?

Alkyum : Le Canada est un pays qui me plait bien et il y a quelques studios qui se démarquent la bas comme Sony Pictures par exemple, je suis fan de leur films d’animations, de leurs VFX sur les long métrages, ils ont un petit plus que les autres n’ont pas et je suis curieux de savoir ce que c’est ! Mais pour l’instant ce n’est pas d’actualité, je pense qu’il y a énormément de potentiel en France et à Paris particulièrement dans les années à venir et qui sait peut etre qu’on sera assez productif pour accueillir des longs métrages internationaux comme nos amis londoniens. Je pense que ce n’est qu’une question de mois.

 

Charline : As tu des projets personnels en cours de création ? Si oui, peux-tu nous en dire d’avantage ?

Alkyum :  Comme je l’ai dit précédemment, j’ai de moins en moins de temps pour avancer mes projets personnels mais j’essaie d’avancer en ce moment sur un très court métrage basé sur le personnage du Joker. Duc Nguyen, Senior Character TD et ami avant tout, réalise le court et travaille sur les personnages, Laura Guerreiro donne un gros coup de main sur les environnements et les FX. D’autres artistes se joignent à nous au fur et à mesure de la production pour compléter les talents en Layout et Animation avec respectivement Leo Lefebvre et Charlotte Kristof. Malheureusement aucune image disponible pour le moment mais un visuel des personnages est disponible sur la page de Duc Nguyen (https://www.artstation.com/aeskawa) à savoir le Joker et Gordon.

Image du Joker par Duc Nguyen ©
Duc Nguyen ©

Charline : Quels sont à ton avis les qualités pour être un bon graphiste dans le monde des effets spéciaux ? Qu’est ce que tu conseilles à ceux qui aimeraient travailler dans cet univers ?

Alkyum : D’après moi, la persévérance est la meilleure des qualités dans ce milieu, il faut du temps pour se forger une expérience et les échecs ne doivent que vous motiver d’avantage. J’apprends tous les jours de nouvelles choses et ma vision de cet univers évolue également.

Si je devais donner un conseil aux étudiants qui lisent cette interview, ce serait d’apprendre à observer attentivement le travail de leurs artistes préférés et ceux dans n’importe quel domaine des VFX. Pour cela, j’utilise énormément les plateformes Vimeo et ArtStation qui facilitent beaucoup le contact avec des pros partout dans le monde. Pour les FX, le plus important lorsque vous partagez vos travaux sur ces plateformes, c’est d’éviter les tests simplistes sur fond noir, c’est toujours plaisant de voir que l’artiste maîtrise le rendu et/ou avait une vraie mise en situation derrière la tête.
Pour en finir avec les conseils, il faut savoir écouter les retours qu’on nous donne sur notre travail, c’est peut être le plus difficile quand on sort d’école et qu’on a fait un gros projet pendant un an. On a un peu l’impression d’avoir tout vu mais comme je l’ai dit plus haut, on en apprend tous les jours, c’est ce qui est beau dans notre métier et c’est comme ça qu’on évolue. 🙂

Charline : Si tu devais nous conseiller un film à aller voir, quel serait-il ?

Alkyum : Un film ? C’est impossible pour moi d’en choisir un haha. Je vais plutôt donner plusieurs qui me viennent à l’esprit tout de suite. Tout d’abord “Interstellar” de Christopher Nolan pour rester dans le thème VFX, je ne pense pas avoir besoin de le présenter mais j’adore ce réalisateur malgré le “Batman Rises”.  Je vous invite donc à aller voir “Momento” et “Le Prestige” et plus récemment “Dunkerque”.

Je m’éloigne un peu des VFX avec “Pulp Fiction” de Quentin Tarantino et je vous invite à aller voir “Reservoir Dogs” et “Les Huit Salopards” si ce n’est pas déjà fait. Pour finir, je vous conseille les films des Studio Ghibli, je n’ai pas vraiment de préférence je les ai tous adorés !

Charline : Un mot pour la fin ?

Alkyum : Si vous avez réussi à lire jusqu’ici je vous remercie très sincèrement et je pense que vous avez ce que le monde des VFX vous demande, c’est à dire de la persévérance ! (Haha)
Merci encore à Charline et Cheeky de m’avoir contacté.
En espérant vous avoir aidé à trouver des réponses à vos questions dans votre parcours, que vous soyez étudiants ou déjà en poste.

N’hésitez pas à me contacter sur Vimeo (vimeo.com/alkyum) sur LinkedIn (https://www.linkedin.com/in/achrafayadi/) ou directement par mail [email protected].

Bon courage à vous tous !

Charline

Charline

Passionnée par les récits en tout genre, je pense que chaque image, chaque dessin, chaque projet nous propose une version de l’Histoire vu par son créateur. Dans mes interviews j’essaierai de vous les raconter.
Sinon dans la vie de tous les jours, Je suis infographiste 3D, travaillant principalement dans l’univers de la publicité.

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky ! (3 à 4 mails par mois, pas plus)

C'est gratuit, sans engagement et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

On soutient le Marimo Mag et vous ?

La 17ème Fête du Cinéma d’Animation du 1er au 31 Octobre 2018

La Fête du Cinéma d'animation 2018 - du 1er au 31 octobre 2018

Mon Premier Festival du 24 au 29 octobre 2018

Affiche de l'évenement Mon Premier Festival 2018