Les propos de cette interview n’engagent que Mickael Lelievre et en aucun cas TAT Productions.

Hello tout le monde !

Après mon ITW de Garrick Rawlingson axée sur le métier d’animateur, nous avons contacté Mickael Lelievre. C’est l’une des plus grandes interviews que j’ai faite et encore il n’y a pas tout. Mickael fait énormément de projets différents et tout est très intéressant mais il a fallu choisir. Je vous invite à faire de plus amples recherches sur son travail.

Mickael Lelievre a accepté de répondre à nos questions afin de nous présenter son travail sur Zbrush.

Bonne lecture à tous 😉

Photographie de Mickael Lelievre pour Le blog de Cheeky

Charline : Bonjour Mickael, merci d’avoir accepté cette interview pour le blog de Cheeky. Peux-tu nous faire une brève présentation de toi, qui es-tu et d’où viens-tu ?

Mickael Lelievre : Bonjour, avec plaisir! Alors je suis Mickael Lelievre je suis Infographiste de modélisation pour TAT Productions à Toulouse (Les As de la jungle). Je suis aussi concept sculpteur en freelance et en projet personnel. J’ai une formation artistique, un bac arts appliqués, un BTS design de produit et une formation 3D à ESIA 3D Bellecour école d’art. Je viens de Nantes en Loire Atlantique et j’ai vécu deux ans à Lyon. Aujourd’hui, je suis toulousain depuis plus de 6 ans.

 

Charline : Beaucoup de tes projets personnels sont des représentations faisant référence à des jeux vidéo ou des dessins animés de notre enfance. Est-ce un jeu ou un dessin animé particulier qui t’a donné l’envie de travailler dans le monde de la 3D ?

Mickael Lelievre : Pas vraiment, j’ai eu envie de travailler dans la 3D à partir du moment ou j’ai pu voir ce qu’il était possible de faire avec cet outil. Et j’ai pu me rendre compte des portes qui s’ouvraient à moi… Une fois que j’ai pu maîtriser les outils 3D, tel que Zbrush j’ai pu commencer à fouiller dans mes idées et donc dans mes références d’enfance. J’ai connu le club Dorothée et les Minikeums donc j’ai vu pas mal de dessin animés et niveau jeux vidéo j’ai pu jouer sur la NES jusqu’à la PS2, j’ai pas mal joué aussi…  ça fait beaucoup de références en tête, je peux en donner quelques unes : Tortues Ninjas, Dragon Ball Z, Les Razmockets, Pokemon, Les Chevaliers du Zodiac, Final Fantasy, Mario Bros… et plein plein d’autres ^^ .

 

Concept Sculpture Poisson by Mickael Lelievre

Charline : Tu utilises le pseudonyme “ABBY” sur tes créations, que signifie t-il et d’où vient-il ?

Mickael Lelievre : AAaaaah!!! Je suis content, c’est la première fois qu’on me le demande dans une interview. Alors en fait c’est une amie, Lorraine qui un jour est venue à lyon, elle était enrhumée. Et quand elle m’appelait ça faisait : “hè Bigael” au lieu de “hey Mickael”.. Du coup mon surnom à Lyon est devenu Abigael puis Abby. J’ai trouvé que c’était un bon pseudo à l’époque.

 Depuis j’ai remis la plupart de mes sites et autres réseaux à mon nom, c’est plus simple pour les professionnels de me retrouver.

 

Charline : J’ai un peu farfouillé dans les recoins d’internet et je suis tombée sur ton blog. C’est vraiment très intéressant de voir ton évolution, comment et quand as-tu choisi de te spécialiser ? Peux-tu nous présenter une image de tes débuts et nous raconter son histoire ?

Mickael Lelievre : Oh mon dieu, c’est vrai que je l’avais laissé ce blog. Ahah! C’est le blog que je mettais à jour pendant mes cours à l’école de 3D.

Image produite par Mickael Lelievre

Je choisis cette image car c’est la toute première 3D finie que j’ai pu faire. Le premier exercice qu’on avait à l’école, une vraie torture pour le cerveau. Quand tu apprends pour la première fois la 3D, il y a juste TROP d’informations dans tous les sens. Et donc cette image tout le monde avait à la faire, le but étant d’être le plus fidèle possible à la référence de Bruce Timm. C’est un point de départ cette image et je trouve ça bien de la montrer, car on commence tous à un moment, pour progresser il faut pratiquer et surtout rater, réussir et rebondir…

Sinon j’ai choisi de me spécialiser après 1 an de Master en Design produit, je ne retrouvais plus le côté créatif dans le design, on nous apprenait surtout à devenir des vendeurs d’objet et de concept… Je ne m’y retrouvais plus. Du coup la 3D m’a offert toute la créativité dont j’avais besoin. Et surtout depuis je ne cesse d’avoir des vagues de créativité.

http://lelievremickael.blogspot.fr/search/label/3d
http://www.3dvf.com/abby_10531.html/94015/

 

Charline : Tu as commencé, il y a 2 ans, à travailler sur les pokémons, pourquoi ce choix ? Peux-tu nous raconter comment tout ça a commencé ainsi que les étapes entre tes premières versions et celles d’aujourd’hui ?

Image de Bulbizarre produite par

 

 

 

 

 

 

 

 

Mickael Lelievre : Alors les Pokémons c’est une source énorme d’informations et de concepts, j’aime bien ces bestioles. J’ai joué aux jeux et regarder le dessin animé. Je connais bien l’univers, ça me parle. J’ai commencé par faire les fan arts de Max Grecke et de Piper Thibodeau. Je trouvais leur concept super cool puis surtout ça m’a donné envie d’avoir ma propre vision à mon tour.

Adopter les styles des concepts 2D en 3D c’est un super exercice car ça oblige à sculpter différemment, c’est important de casser nos habitudes pour élargir notre palette artistique.

Concept art de Piper Thibodeau
Concept art de Piper Thibodeau
Concept Art de Max Grecke
Concept Art de Max Grecke

Charline : Dans la description de l’image ci-dessous que j’ai trouvé sur ArtStation, tu parles d’un clan, de sentiment et d’inspiration, peux-tu nous en dire plus ? Quel a été ta démarche pour concevoir cet OctoBot et la série de robots ? Quelles ont été tes inspirations ?

 Concept Sculpture Robot by Mickael Lelievre

 

Mickael Lelievre : Ces robots c’est un peu mon autre dada, j’adore tout ce qui est mecha, robot du coup j’ai développé en parallèle la sculpture “Hard Surface”.

 J’ai pas mal de références et de mentors qui m’ont donné envie de progresser et de me surpasser. Furio Tedeschi qui est juste une pointure, Keos Masons les dieux, Mean Goreng un autre dieu, Nivanh chanthara un ouf, Cki Vang mon pote et d’autres. Ces artistes m’ont inspiré et m’ont donné envie de faire des fan arts et mes propres robots. J’ai pu rencontrer certains d’entre eux d’ailleurs et j’ai pu les remercier.

Ces robots représentent un peu mon respect pour eux et ma reconnaissance.

https://www.artstation.com/furio
http://keosmasons.com/
https://www.artstation.com/nivanhchanthara
https://www.artstation.com/krsld

Charline : J’ai constaté que tu travailles souvent sur des séries de créations, pourquoi ce choix ? Est-ce une méthode pour explorer des techniques Zbrush plus en profondeur ?

Concept Sculpture Poisson by Mickael LelievreConcept Sculpture Poisson by Mickael Lelievre Concept Sculpture Poisson by Mickael Lelievre

Mickael Lelievre : . Alors, ouai ça me permet d’explorer Zbrush, je l’expliquerais et j’apprendrais tout le temps. Mais c’est aussi parce que quand je sculpte, par exemple, un poisson, j’ai d’autres idées qui arrivent les unes après les autres, genre : “ Ah mais je pourrais faire ce poisson là aussi, et celui-là.. ah mais celui-ci il est trop cool et celui-là est marrant…” bref du coup je prends un post-it et je note mes futures sculpts à faire. Trop d’idées, c’est cool et en même temps ça permet de rester sur une fin. Le truc des poissons c’est que j’aimerais faire une image avec tous les poissons dedans. J’en ai déjà fait une, mais je voudrais en faire une avec genre une centaine de poisson.

Y’a du boulot 🙂

Charline : Tu travailles depuis 2012 chez TAT Productions et tout particulièrement sur “Les As de la Jungle”. As tu été embauché à la sortie d’école ? Comment s’est déroulé ton recrutement là-bas ?

 

Mickael Lelievre :  ….Oui.. déjà, ça passe vite!! J’ai été embauché après un an de freelance dans la 3D pour l’immobilier… J’ai envoyé une demoreel au bout de 1 an, une amie m’avait dit qu’ils étaient en recrutement. J’ai passé un test et j’ai été accepté ! J’ai appris beaucoup de chose à TAT, sur 3dsmax comme sur Zbrush. Il y a des artistes incroyables là-bas !!

 

Charline : TAT s’est récemment mis à la production de films d’animation. Je suppose que l’ambiance, les méthodes de travail et les attentes sont différentes entre la série animée et le film. Comment as-tu vécu ces différences ? Comment s’est passée la transition ?

 

Mickael Lelievre : La série c’était assez intense, surtout la saison 2, on est passé d’une équipe de 4 à 2… donc c’était intense : un épisode par semaine en modélisation. Mais c’est génial, ça permet de devenir efficace sur des choses et d’autres.

 Le long métrage, tout le monde attendait ça et on s’est régalé. Tout à refaire mais avec plus de temps et des exigence plus hautes. C’est agréable les challenges. En ce moment on travaille sur Terra Willy qui est le prochain film de TAT. On s’est encore plus régalé, j’ai pu participer à la modélisation des personnages … Habituellement je suis juste en environnement (Décors et objets). Terra Willy se déroule sur une autre planète, ça permet de créer des trucs trop cool !! Je ne peux pas en dire plus .

 

Charline : Quel est ton travail en tant que Concept Sculptor ? Fais-tu la partie concept 2D avant de passer sous Zbrush ?

Mickael Lelievre : Alors j’ai des demandes pour plein de choses différentes : films, jeux vidéo, figurines, couverture de livre…

Il m’arrive de faire un petit dessin avant de sculpter mais la plupart du temps je sculpte directement. Après ça demande de bidouiller sous Zbrush, travailler en silhouette et bouger les formes ici et là pour arriver à mes fins. Je suis devenu assez rapide pour sculpter, je gagne du temps en allant directement sur Zbrush.

Tu pars quelques fois de concepts 2D d’autres artistes, comment se passe la collaboration avec eux dans ces cas là ? Comment choisis-tu les images de références et où les trouves tu ?

 

Charline : Quel a été le personnage qui t’as posé le plus de problèmes et pourquoi ?

 

Mickael Lelievre : Alors je fais plein de petites collections de “ do it in 3d” dans ArtStation, Pinterest et Instagram. Dès que j’aime une image, je l’enregistre, dès que j’ai envie et que j’ai le temps je fais un fan art. J’aime bien faire ça car je trouve ça intéressant de proposer une 3d à quelqu’un qui a fait un concept 2D sans forcément penser qu’un jour il serait en 3d. La plupart du temps je sculpte le projet et avant de publier quoi que ce soit, je l’envoie à l’artiste pour savoir ce qu’il en pense. Parfois j’ai des petites retakes et c’est aussi ça l’intérêt.

 Pour la chimère de Viktor, je l’ai choisi car j’ai pu le rencontrer lors d’un événement en Russie où j’étais speaker. J’ai adoré son travail, je me suis dis il faut que je fasse un fan art, un peu comme pour remercier la personne. Parfois c’est juste que j’aime le travail de quelqu’un donc je lui dis que je pouvais pas m’empêcher de sculpter son concept.

La chimère de Viktor est tellement lisse et simple que ça en devient difficile, elle a un caractère pourtant, un peu nerveuse, sûre d’elle. Les ailes sont très douces et fines. Le corps est légèrement replié et surtout on sent un poids.. Bref il y avait pas mal de choses assez complexes mais d’autant plus intéressantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

@Viktor Titov
https://www.instagram.com/p/BeD2ljCFqUU/?taken-by=titovviktor
https://www.artstation.com/viktortitov

 

 

 

 

 

 

 

 

@ Julio Nicoletti
https://www.artstation.com/julionicoletti

Charline : Comment vois-tu aujourd’hui ton avenir dans le monde de la 3D ? Tu as posté un premier tutoriel sur YouTube fin mars, vas-tu continuer ?

Mickael Lelievre : . Je ne sais pas, j’ai envie de tout et en même temps je ne veux pas prévoir l’avenir. J’aime bien être à la maison et travailler pour le monde entier mais j’ai aussi pris goût au voyage. En gros je me dis “on verra bien”. Quand un truc m’est proposé et que mon premier sentiment est positif je dis oui et puis je verrais bien. J’ai été comme ça en Russie, à St Petersburg. Parler pendant une heure en Anglais à des Russes c’était un sacré défi mais je m’étais dit, allez c’est parti.

Sinon oui, j’ai fais un premier tuto. J’essayerais d’en faire d’autres, mais ça prend du temps dis donc ! J’ai beaucoup de personnes qui m’ont demandé des tutoriels. Du coup j’essaye répondre aux gens quand ils ont des questions, j’ai utilisé la partie “Blog” sur ArtStation, histoire de montrer mes process.

 

Charline : Tu as participé le 10 octobre 2017 au ZBrush Summit. Comment s’est passé la sélection pour cet événement. Il y avait deux catégories “organique” et “hard surface”, as-tu choisi ? Tu étais dans le groupe numéro 2, as-tu pu voir le travail du 1er groupe ou leur live avant de commencer ?

 

Mickael Lelievre : . Tout à fait! Alors le Zbrush Summit c’était un peu un but à atteindre pour moi, un peu comme une récompense. Être entouré des meilleurs sculpteurs au monde c’est juste trop cool, pouvoir parler, échanger et vivre un moment incroyable c’est juste génial… Et puis c’est à Los Angeles, donc ça va c’est plutôt sympa. J’avais postulé en Organique mais Paul Gaboury, de Zbrush m’a demandé si je voulais faire le Hardsurface, plus de places pour l’organique… Du coup j’ai dit oui, ça se refuse pas. Alors sinon oui j’ai pu voir le groupe précédent, ce qui n’enlève rien au stress, bien au contraire… bon après ça reste détendu globalement.

Groupe n°1

Groupe n°2 (avec Mickael)

 

Charline : 3 heures c’est sportif pour faire une image complète, avez-vous eu un temps de réflexion avant de commencer, peux-tu nous raconter comment tu te sentais durant cette épreuve, Comment as-tu géré ton temps? L’événement se situe au Etats-Unis, il y avait donc 8 heures de décalage. Est-ce une difficulté supplémentaire ?

Mickael Lelievre : Alors 3 heures oui c’est sportif, le hardsurface n’est pas le domaine où je suis le plus rapide, mais c’était d’autant plus un challenge. On nous donne le sujet deux mois avant histoire de préparer ce que l’on va faire et pouvoir réfléchir et même s’entraîner…

Je me suis entraîné tous les midi à TAT pendant 30 minutes, j’essayais de faire un maximum dans ce court laps de temps. Plus je le faisais, plus j’allais vite. Du coup 3 heures, ça a été plus cool.

Mais bon, une fois là-bas on a quand même le stress en plus et on est pas tranquillou à son bureau à boire un café et manger un bagnat thon en même temps.

Le défi que je m’étais lancé c’était de faire un personnage complet et en mouvement dans les 3 heures. J’ai réussi donc je suis plutôt content. En prime les gens ont aimé ce lapin qui court.

Je suis arrivé à Los Angeles 2 jours avant le concours, j’ai eu le temps de m’habituer au décalage horaire. En fin de compte non ce n’a pas été une difficulté en plus.

Image produite par Mickael Lelievre pour le Zbrush Summit

Charline : Qu’est ce que cette expérience t’as appris sur toi ou sur ton travail ?

Mickael Lelievre : Après ce concours j’ai appris pas mal de chose, en commençant par gérer mon stress ahah! Sinon ça m’a surtout permis de connaître et de découvrir les personnes qui ont créé ZBrush. D’apprendre à connaître les artistes du monde entier, dont certains qui m’inspire depuis mes débuts. Je pense que je retenterais l’expérience car c’est vraiment une fête plus qu’un concours quand on y pense.

Mention spéciale, il y avait un speech de Lord Richard Taylor qui est le patron de WETA, son discours lors du Zbrushsummit était inspirant et je pense qu’il a donné une vague d’énergie et de créativité à tout le monde. J’ai aussi pu lui parler directement et lui montrer mes travaux… Bref ça m’a donné juste encore plus d’énergie pour sculpter et créer.


(Début du discours  à 18:50)

Charline : As-tu des projets personnels en cours de création ? Si oui, peux tu nous en dire d’avantage et nous en donner la primeur ?

Mickael Lelievre : Alors oui je suis en train de faire évoluer mes derniers pokemons. Je fais Carabaffe et Reptincelle en même temps. Voici une image de work in progress de Carabaffe :

Concept Art du pokéma Carabaffe par Mickael Lelievre

J’ai commencé un robot aussi et un nouveau poisson. Et j’ai une liste de trucs à faire 🙂

Charline : Quelles sont à ton avis les qualités essentielles pour être un bon graphiste ? Qu’est ce que tu conseilles à ceux qui aimeraient apprendre Zbrush ? Des cours d’anatomie sont-ils indispensables pour maîtriser ce logiciel ?

Mickael Lelievre : La patience, la curiosité et la ténacité. Etre découragé dans ce milieu c’est facile, il suffit d’ouvrir Artstation. On est tellement nombreux à faire des artworks tous les jours que ça en devient impressionnant.

Du coup il faut être patient et apprendre à son rythme, il faut voir les artworks des autres comme une motivation et comme un moteur pour notre créativité. Il faut être curieux de tout, comment ça marche, j’aime bien cette forme, regarder les insectes, la nature, des tableaux dans un musée… Et il faut de la ténacité car on peut avoir des moments de faiblesse quand on voit le chemin à parcourir mais il faut pas oublier de regarder aussi le chemin parcouru, c’est à nous de le créer ce dernier.

L’anatomie est essentielle, et il faut l’apprendre et la réapprendre tous les jours. C’est ce qui fait qu’un personnage humain, animal, chimère ou golem tient debout et que ces formes deviennent harmonieuses. C’est donc presque obligatoire pour tout et pas seulement pour Zbrush.    

Charline : Un mot pour la fin ?

Mickael Lelievre : Cowabunga !!

Charline

Charline

Passionnée par les récits en tout genre, je pense que chaque image, chaque dessin, chaque projet nous propose une version de l’Histoire vu par son créateur. Dans mes interviews j’essaierai de vous les raconter.
Sinon dans la vie de tous les jours, Je suis infographiste 3D, travaillant principalement dans l’univers de la publicité.

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *