Durant la semaine dédiée aux films d’animation, la team a réussi a voir quelques films en compétition. Il sont de nationalités multiples, avec des thèmes variés et des styles bien différents les un des autres.  voici donc les 5 long-métrages du Festival d’Annecy 2018 qui nous ont marqués avec à chaque fois nos avis dessus.

– Tito et les Oiseaux (Tito e os Passaros) de Gustavo STEINBERG, Gabriel BITAR et André CATOTO DIAS

La Direction Artistique est très originale. Le contraste entre les designs et la présence de technologie moderne (voir futuriste, notamment avec le sound design) fait ressortir une ambiance particulière dans le film. Quelques soucis de visibilité sur les décors soulignent cet aspect, presque onirique par moment. Concernant l’histoire, le deuxième tiers du film est un peu long car les scènes peinent à s’enchaîner de façon efficace. Il est cependant rattrapé par son final satisfaisant, où la moral et l’émotion sont au rendez-vous. Les thèmes abordés sont très intéressants, comme la peur dans la société ou les oiseaux d’un point de vue historique. Ce qu’on voit assez peu finalement au cinéma.

Avec le Brésil à l’honneur cette année, ce long-métrage montre la richesse que l’on peut trouver dans la créativité brésilienne. La séance a été précédée de la présence (initialement non prévue) du réalisateur-scénariste Gustavo Steinberg, qui avait très envie de présenter son histoire pour la première fois devant le grand public.

– Miraï, ma petite soeur (Mirai no Mirai) de Mamoru HOSODA

La force principale de Mirai, ma Petite Soeur réside dans le thème sur la famille, très récurrent chez Hosada. L’ambiance familiale est présente tout du long, notamment dans la transmission émotionnelle, avec l’affection et la complicité entre le frère et la soeur. Plus drôle que l’on pensait, l’histoire se laisse s’agrémenter de vraies scènes comiques. Une petite déception quant à la teneur du film. Le dernier tiers part un peu trop loin, par rapport au reste. Même si l’on sait que Hosoda aime ajouter de la 3D dans ses oeuvres 2D, comme dans Summer War, son utilisation dans Mirai nous fait sortir du récit parfois. En tout cas, l’animation est impeccable.

Tous les personnages sont super attachants. L’évolution psychique fulgurante du personnage de Kun est mélangée avec du fantastique, c’est bien amenée. On a eu la chance d’avoir lors de cette avant-première exclusive, la présence du réalisateur Mamoru Hosoda. Il nous a salué sincèrement, durant le standing ovation à la fin amplement mérité.

– Virus Tropical de Santiago CAICEDO

La Direction Artistique est spéciale mais néanmoins originale. Elle est basée sur les dessins originaux de PowerPaola, une dessinatrice colombo-équatorienne qui a créé une bande dessinée autobiographique du même nom, parue en 2011. Le portage en long-métrage d’animation n’est, pour notre part, pas accrocheur. L’histoire n’a pas réellement de fil conducteur, elle n’a pas de fin. Ce qui rend le film long. Les scènes se suivent sans transitions. Des personnages apparaissant et disparaissant au gré du scénario, lui-même confus. Cette confusion se retrouve aussi dans certains designs de personnages, qu’on ne reconnaît pas tout de suite. Le petit budget de l’oeuvre justifie l’animation qui n’est pas toujours de qualité.

Heureusement, la dessinatrice et réalisateur Santiago Caceido étaient présents lors de la projection. Ils ont présenté le film en amont et ont animé en aval une séance de questions-réponses, qui permettait de mieux comprendre les démarches créatives.

– Okko et les Fantômes (Wakaokami wa Shougakusei!) de Kitaro Kosaka

Au premier abord les graphismes peuvent paraître un peu étranges. On a vraiment l’impression de voir la 3D sur les personnages. L’hyper simplicité des ombres et des éclairages sur les personnages donne une sensation de détachement avec les décors, comme si chacun d’eux était sur des plans différents. C’est plutôt déstabilisant. Cependant on rentre très vite dans le film et les personnages sont très attachants.

Les environnements sont vraiment très beaux et très travaillés. On a beaucoup aimé ce contraste original. L’histoire est touchante et on sent bien l’évolution du personnage principal. Nous avons aimé Okko et les Fantômes pour sa simplicité, sa bonne humeur et son optimisme. Il est très rafraîchissant, surtout que les autres films du festival avaient des partis pris forts, autant graphiquement que scénaristiquement. Certains traitaient parfois de sujet très durs.

– Parvana : Une enfance en Afghanistan (The Breadwinner) de Nora TWOMEY

On finit avec le film qui, d’une part, a été vu par toute l’équipe du blog, et d’autre part qui a gagné le Prix du Jury et le Prix du Public ! Parvana est assez dur et l’histoire est très émouvante, avec des sujets sérieux, avec principalement, sur le sort des filles et des femmes vivant en Afghanistan. C’est très motivant de voir les héroïnes qui se battent pour devenir libres et maîtresses de leur destin. Une partie conte se distingue de la narration principale. L’oeuvre jongle entre des design cartoons, contrastant avec les thèmes abordés, avec des personnages représentés en pantins de papier, évoluant dans des décors nous remémorant des fresques traditionnelles. Les aller-retours entre l’histoire principale et le conte sont un peu aléatoires par contre.

Traiter d’une réalité assez violente dans un film d’animation, permet au spectateur de s’immerger dans histoire sans le choquer plus que nécessaire, grâce au dessin simple proche de ceux des enfants, tout en le faisant réfléchir sur le sujet. La démarche est super intelligente car on peut mieux comprendre le propos, sans détourner les yeux. Nous avons adoré ce film et nous vous le conseillons sans réserve !

Voilà en ce qui concerne les long-métrages en compétition que l’on a pu regarder. Nous sommes très contents d’avoir pu voir autant de styles différents malgré le fait que nous n’ayons pas vu le film qui a remporté le grand prix tant convoité : C’est en effet le long métrage Funan de Denis Do qui a remporté le Cristal du meilleur long métrage de l’édition 2018.

Pour retrouver l’ensemble de nos 8 articles spéciales Annecy 2018, ça se passe ici : Festival d’Annecy 2018

Pandoxyd

Pandoxyd

Motion designer sur Paris, je passe pas mal de temps dans les salles de cinémas, toujours à l'affût de découvrir les nouvelles sorties. J'apprécie beaucoup la Science-fiction, le fantastique et le film d'animation. J'ai donc rejoint le crew de Cheeky pour apporter mon œil de cinéphile !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *