Le Grinch : Illumination MacGuff  tourne-t-il en rond ?

Noël approche et pour le film d’animation de saison, c’est Illumination MacGuff qui s’y colle avec la reprise d’un conte du Dr Seuss.

On connait la créature verte incarnée par Jim Carrey il y a presque 20 ans déjà. Alors de quoi ça parle Le Grinch ?

Le Grinch habite près de Chou-ville. Ce qu’il déteste par-dessus tout, ce sont les festivités de Noël. Un jour, il est fait ses courses en ville et l’ambiance joyeuse l’énerve. À tel point, qu’il lui vient une idée diabolique : pour ne plus en entendre parler, il va monter un plan pour voler Noël

Ce n’était pas la hype de dingue chez le Blog de Cheeky et en effet, ce n’était pas dingue.

Même s’il est techniquement irréprochable, voici 3 points qui rendent Le Grinch insipide :

I – Un mix de personnages déjà-vu :

Tout d’abord, les designs sont basés sur l’univers du Dr Seuss. Ils sont respectés, cependant ils ont déjà été abordés dans Le Lorax. On connait également l’anti-héros désagréable avec Gru de Moi, Moche et Méchant. La mère débordée par sa famille à élever, c’est certainement Rosita dans Tous en Scène. Enfin, le chien intelligent est digne de Max dans Comme des Bêtes, la parole en moins. Où sont les défis s’ils ont déjà exploré tout ça ?

II – Une narration sans surprise :

OK, ils reprennent des éléments existant, mais peut-être qu’ils se rattrapent sur ce qu’ils racontent ? … Même pas. On peut prévoir les rebondissements, on voit à des kilomètres les chutes de gags et il manque une vraie montée narrative. Le rythme est donc assez linéaire, peu de variations notables.

III – Noël en second plan :

Et même si on a déjà vu les personnages, déjà vu le déroulement des événements, au moins ça parle de Noël ? … Même pas. Pour la raison que le film aborde superficiellement les décorations et la joie d’offrir. Ainsi, l’immersion dans les fêtes de fin d’année est bien en-dessous qu’a pu être celle de la fête des morts dans Coco. Surtout, le film manque cruellement de vraies scènes d’émotion.

Conclusion

Le Grinch est loin d’être mauvais, c’est juste qu’il répond à un cahier des charges sans se mouiller. Illumination prend dans ses tiroirs les ingrédients qui l’ont réussi, sans ajouter la moindre originalité. Ce qu’il fait qu’on ne s’attache ni aux personnages, ni à l’univers, ni aux blagues. Et s’il n’y a pas d’émotion, il est difficile de se rappeler d’un film…

Vous aimerez aussi

Pandoxyd

Pandoxyd

Motion designer sur Paris, je passe pas mal de temps dans les salles de cinémas, toujours à l'affût de découvrir les nouvelles sorties. J'apprécie beaucoup la Science-fiction, le fantastique et le film d'animation. J'ai donc rejoint le crew de Cheeky pour apporter mon œil de cinéphile !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clique