Le réalisateur Dean DeBlois himself, nous avait hypé à Annecy 2018. Nous sommes donc heureux que le dernier volet des aventures d’Harold et Krokmou soit enfin sorti.

Depuis quelques jours, on voit partout « Dragons 3 : Le Monde Caché », mais de quoi ça parle ?

Affiche du film d'animation Dragons 3

Harold et Krokmou ont bien grandi. L’un est devenu le chef des habitants et l’autre l’alpha des dragons. À force de sauver des créatures volantes des braconniers, la ville de Beurk commence à saturer. Pas le choix, il faut bouger vers des endroits plus espacés. Une vieille légende parle d’un Monde Caché, une terre au bout des océans qui serait l’origine de tous les dragons. Si ce lieu existe, il serait la solution à tous les problèmes…

À Annecy, Dean DeBlois nous avez raconté qu’il avait écrit les deux derniers volets ensemble (il n’avait pas imaginé autant de succès pour le premier), afin de créer une trilogie finie. C’est pourquoi nous étions très impatients de découvrir comment la saga allait se finir. Et il ne s’est pas moqué de nous !

Voici 3 raisons qui font de Dragons 3 : Le Monde Caché une belle conclusion de la trilogie :

I -Une énergie folle :

Chaque seconde du film est intense, on ne s’ennuie jamais. Les différentes situations qui s’enchaînent au rythme des dialogues et des combats nous retiennent tout du long. Le mélange de motion capture et de keying (animation manuelle par ordinateur), permet aux personnages d’être ultra vivants, presque réels (couplé au rendu ultra réaliste notamment). De même, les séquences avec les dragons sont très dynamiques et renforcent l’atout principal de la saga.

II – Un voyage fascinant :

Les cadrages sont très épurés pour une bonne partie du film. De grands espaces agrémentent les décors, que ce soit dans le ciel ou au sol. Cela donne une sensation de respirer un bon bol d’air pur. À l’inverse, les plus petits lieux regorgent de détails. C’est d’ailleurs l’intérêt de le regarder en IMAX, si vous avez l’occasion (comme le Pathé La Villette à Paris). Les costumes, l’animation ou les décors, vous dépayseront à coup sûr.

III – Surprenant jusqu’à la fin :

Il est amusant de découvrir quels animaux de référence constituent ces nouveaux dragons. Les designs sont inventifs (dans un autre style que Minuscule 2) et on apprécie la richesse de leur caractère, leurs divers façons d’interagir entre eux. De plus, la narration est suffisamment sinueuse pour que l’on ne devine pas tout, tout de suite. En effet, les personnages ne prennent pas les décisions à la légère : chaque moment tient en haleine. L’émotion est transmise surtout vers la fin, en bonne quantité et qualité.

Conclusion :

Dragons 3 respecte ses fans. Il sait gérer à la fois le fan-service et le fil conducteur propre à ce volet. Il ne tombe ni dans la facilité, ni dans la prise de risque inutile. La fin est à double sens car elle signe à la fois la fin de l’aventure pour les personnages, mais également pour les spectateurs. En espérant qu’ils ne reviennent pas sur leur décision…

Pandoxyd

Pandoxyd

Motion designer sur Paris, je passe pas mal de temps dans les salles de cinémas, toujours à l'affût de découvrir les nouvelles sorties. J'apprécie beaucoup la Science-fiction, le fantastique et le film d'animation. J'ai donc rejoint le crew de Cheeky pour apporter mon œil de cinéphile !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clic