Comme des Bêtes 2 : Une suite qui vaut vraiment le coup ?

Illumination, les créateurs de Moi, Moche et Méchant, sont de retour au cinéma. Le réalisateur Chris Renaud (Comme des Bêtes) s’épaule cette fois de Jonathan Del Val (directeur d’animation sur le 1er volet), pour réaliser cette suite, qui n’en est pas vraiment une …

Ça parle de quoi Comme des Bêtes 2 ?

Le chien Max a une peur terrible qu’il arrive quelque chose à Liam, le bébé de sa maitresse Katie. Avec Duke et toute la famille, ils partent à la campagne où le danger rôde partout. En leur absence, Pompon le lapin se prend pour un super-héros et Giget se prend pour un chat

Le premier volet avait conquis le grand public, mais avait déçu le cœur des connaisseurs en films d’animation. Le second volet semble bien parti pour être exactement la même chose.

Voici 3 raisons qui rendent Comme des Bêtes 2 aussi passable que le premier :

3 sous-histoires pas si différentes

Ici, on explore trois univers différents, dans lesquels chaque protagoniste évolue indépendamment. C’est une bonne idée, de découper l’histoire en 3 sous-intrigues, mais quel intérêt si elles racontent quasiment la même chose ? Chaque animal évolue assez facilement et les enjeux sont moyennement convaincants. On passe superficiellement d’une ambiance à une autre et tout se déroule rapidement sans grande surprise.

De trop nombreux personnages fonctionnels

Comme dit plus haut, ce n’est pas vraiment une suite et tous les nouveaux personnages ne nécessitent pas un background poussé pour les comprendre. Certains semblent même en désaccord avec la fin du premier film.
Il n’y a pas de grand méchant crédible et beaucoup de personnages servent de décalage forcé, qu’on a déjà vu mille fois, juste pour faire rire. Même le bébé Liam, ne sert finalement pas à grand-chose, alors qu’il est le point de départ de ce nouveau film.

Une conclusion artificielle

Pour tout vous dire, je passais quand même un assez bon moment… jusqu’à que la fin arrive. Sans spoiler, je dis juste qu’elle arrive de façon peu naturelle. On a déjà affaire à 3 conclusions, donc une montée pour chaque arc. La « vraie » fin n’as donc plus de réelle utilité, la tension est déjà redescendue. Comme une sensation de « tout ça pour ça » et c’est frustrant. Comme si toutes les aventures, plus ou moins prévisibles, avaient été créées artificiellement, juste pour faire un film.

Conclusion

Malgré les points évoqués, je pense que la plupart des amoureux des bêtes passeront un bon moment. Les pelages des animaux sont vraiment convaincants et les références aux comportements de nos compagnons sont toujours aussi drôles. Le seul problème est que ce film reste passable, voire oubliable. Or, déjà l’année dernière, Le Grinch n’avait rien d’ambitieux non plus. Comme des Bêtes 2 a les mêmes défauts. Le studio continue de tourner en rond et n’arrive plus à proposer quelque chose de vraiment rafraichissant. Et vu que d’autres suites et adaptations (Super Mario en film d’animation notamment) sont en prévision, Illumination va-t-il réussir à ne pas dégringoler ?

Pandoxyd

Pandoxyd

Motion designer sur Paris, je passe pas mal de temps dans les salles de cinémas, toujours à l'affût de découvrir les nouvelles sorties. J'apprécie beaucoup la Science-fiction, le fantastique et le film d'animation. J'ai donc rejoint le crew de Cheeky pour apporter mon œil de cinéphile !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clic