Ad Astra : un voyage spatial aussi beau que creux ?

Le Cinémètre revient enfin ! Il faut dire aussi que la rentrée cinéma ne nous a pas gâtés. Aujourd’hui nous nous intéressons à Ad Astra, un thriller SF arrivé dans nos salles de façon assez surprenante. En effet, sa campagne de promo n’a commencé qu’en début de mois. Ce nouveau film de James Gray (The Lost City Of Z) se veut énigmatique, sensoriel et intellectuel. Nous allons voir ensemble ce qu’il en est vraiment. 

Tout d’abord, ça parle de quoi Ad Astra ?

Une explosion dérèglant l’électromagnétisme de la Terre, proviendrait d’un vaisseau de recherche scientifique au fond du système solaire. L’astronaute Roy McBride a pour mission de retrouver le capitaine de cette expédition, son père Clifford, coincé vers Neptune. Un voyage qui ne sera pas de tout repos pour Roy…

Si la promo a commencé aussi proche de la sortie, cela n’empêche pas le film d’intriguer. Il a l’air visuellement au somment, mais est-ce que le fond suit la forme ?

Une image soignée :

Le soin apporté à l’image frappe en premier. Le léger grain peut faire penser à un tournage pellicule, sinon ajouté en post-production. Les éclats de lumières et les reflets jouent un rôle important dans la composition de certains plans.

Une représentation réaliste du voyage spatial :

La réalisation rend les scènes dans l’espace très crédibles. D’ailleurs, l’autre grande force d’Ad Astra réside dans le réalisme du voyage spatial. L’évolution de la conquête de l’espace a été savamment étudiée pour offrir au spectateur une immersion totale mais aussi  pour le faire rêver plus grand. 

Une absence d’émotion qui ralenti l’histoire : 

Seulement voilà, la longueur du film se ressent à plusieurs moments. Malgré une belle image et un Brad Pitt qui arrive à proposer un nouveau personnage, on a du mal à rester accroché. L’aventure est assez protocolaire, elle manque cruellement de chaleur humaine et d’émotion. On n’a pas de point d’attache fort. 

Une réflexion étrangement inexistante :

Les longueurs nous amènent du coup à se demander s’il va y avoir un fond. Là aussi, on se retrouve le bec dans l’eau. Je n’ai en effet pas trouvé de réflexion sur les différents thèmes abordés. Ce qui rend le film globalement creux au final. La conclusion se comprend, mais si le film n’a pour objet que celle-ci, il aurait pu être beaucoup plus court dans ce cas.

Ad Astra est intéressant sur la forme, mais décevant sur le fond. C’est dommage car il pouvait raconter énormément de choses avec ce thème. Dans le genre voyage contemplatif, A Ghost Story s’en sortait bien mieux, car il arrivait à faire réfléchir avec de belles images. Ici, on se contente de retranscrire avec panache un réalisme pertinent, sans pousser pour autant le spectateur à s’interroger. C’est pourtant ce qu’il essayait de nous vendre. Il réussit à la rigueur à être à l’image de l’espace finalement : fascinant mais vide.

Pandoxyd

Pandoxyd

Motion designer sur Paris, je passe pas mal de temps dans les salles de cinémas, toujours à l'affût de découvrir les nouvelles sorties. J'apprécie beaucoup la Science-fiction, le fantastique et le film d'animation. J'ai donc rejoint le crew de Cheeky pour apporter mon œil de cinéphile !

Voir tous ses articles

1 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Ce film est malheureusement victime (comme tant d’autres) de sa mauvaise communication marketing. Non ce n’est pas un thriller, ni même un film de science-fiction comme pourraient (voulaient) nous le faire croire la bande annonce et l’affiche. C’est un film sur la relation père-fils, sur l’impact psychologique de l’absence et de l’isolement. Au delà d’un voyage dans l’espace, c’est un voyage initiatique. Et si on se concentre là dessus, au lieu de chercher une intrigue liée à la conquête spatiale, alors on pourra être touché par l’émotion de ce fils à la recherche de son père. En tout cas je l’ai été 🙂

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clic

Les Indispensables