Souvenez-vous, Maléfique c’était le film de Robert Stromberg sorti en Mai 2014, qui revisitait l’histoire de la Belle au Bois Dormant du point de vue de Maléfique, avec Angelina Jolie dans le rôle d’une de nos méchantes favorites. Dans Maléfique : Le Pouvoir du Mal, Joachim Rønning prolonge le conte, avec une nouvelle aventure épique.

Trois ans ont passé depuis le réveil d’Aurore, devenue reine du royaume des Landes Enchantées. Leur vie paisible bascule le jour où Philippe demande la jeune fille en mariage. En effet, malgré l’espoir d’une paix entre les deux mondes engagée par cette union, une menace plane au-dessus du Royaume

 

Si vous n’êtes pas déjà allé le voir, voici trois raisons de vous laisser envoûter par le Pouvoir du Mal

I – Un nouveau conte, dans la lignée du premier.

 

Ce qui me chagrine souvent avec les suites, c’est leur côté bâclé, comme s’il était plus important de sortir un film, plutôt que de réfléchir au scénario. J’avais pas mal d’appréhensions en allant voir Maléfique 2, mais je n’ai pas été déçue. Je ne vais pas vous mentir, l’intrigue est très prévisible. Il aurait été plus agréable pour les spectateurs adultes de laisser plus de suspens, et nous permettre d’élucider les machinations en même temps que les personnages. L’histoire reste quand même propre, et il ne faut pas oublier que le public visé reste jeune et enfantin. Que ce soit dans l’avenir du royaume, ou les origines de Maléfique, nous n’avons clairement pas le temps de nous ennuyer. Les décors sont vite plantés, chaque scène est minutieusement choisie pour apporter quelque chose à la suite des événements.

Tout semble s’enchaîner dans un rythme haletant, pourtant le temps ne semble pas passer aussi vite dans leur monde. Si vous aviez décidé de piquer un roupillon entre deux scènes, ce n’est clairement pas le bon film, spécialement si vous souhaitez comprendre quelque chose en vous réveillant. Je trouve néanmoins dommage que la VF casse autant les moments épiques et les phrases cultes du film, comme le fameux « Well, well » de Maléfique. Pour finir, le film nous gratifie d’une morale bienveillante, compréhensible aussi bien par les parents que les enfants, emblématique des contes

 

II – Un univers fantastique vraiment riche.

Comme pour le premier volet, les décors sont époustouflants. Il est assez facile d’imaginer la quantité phénoménale d’image de synthèse utilisée pour donner vie au film, et on se laisse volontiers entraîner dans cet univers fantastique aux allures si réelles. Le travail des équipes VFX est exceptionnel, et bourré de réalisme. Plusieurs scènes bienvenues nous permettent de nous balader entre les mondes et de découvrir les merveilles imaginées par l’équipe. J’aime particulièrement les détails apportés à chaque créature féérique, de la plus petite à la plus grande, et le soin apporté à leur apparence pour suggérer une équivalence dans notre monde dépourvu de magie.

Les spectateurs avertis remarqueront les traitements des lumières et des couleurs apportés aux différents mondes, qui appuie notamment le déroulement de l’histoire, et nous renforce inconsciemment dans nos impressions. Ce n’est pas pour rien que le monde des Landes Enchantées nous semble beau et chaleureux, et celui des Humains froid et apathique. Notez également comment un même endroit peut changer au fur et à mesure que la perception des personnages impliqués dans la scène évolue. Pour les plus fashionnistas d’entre nous, je vous laisserais admirer les costumes, tous plus sublimes les uns que les autres. Il y en a pour tous les goûts, et le résultat est incroyable. Encore une fois, la recherche visuelle pour distinguer le peuple magique du peuple humain est très intéressante, et nous offre de nouvelles idées graphiques jusque là inexplorées dans le premier film. Attention toutefois, Maléfique semble faire un défiler de mode à force de changer de tenues…

 

III – Une réflexion intéressante sur le Bien et le Mal.

Les contes de fée ont souvent une version très manichéenne de la vie, avec d’un côté la vilaine sorcière et de l’autre la gentille princesse. J’aime la façon dont Maléfique : le Pouvoir du Mal floue un peu cette barrière et remet en question ce principe très fort dans les films Disney. Évidemment, cela avait déjà commencé avec le premier Maléfique, mais il est toujours bien de le rappeler, surtout lorsque ce sont de bonnes initiatives.

Dans ce film, il n’y a pas de « méchant » sans raison (valable ou non, à vous de faire votre choix) et au final, cela nous permet aussi de nous mettre à leur place et de réfléchir à leurs actions. J’ai souvent du mal à accrocher à certaines histoires, lorsque je ne comprend pas pourquoi un personnage peut être aussi cruel. Ici, la gratuité de la méchanceté est oubliée au profit des causes à effet, tandis que la bonté et la gentillesse peut parfois jouer de vilains tours, et obscurcir aussi notre jugement. Je parlais plus haut de l’importance apportée aux tenues et au détails, on le retrouve clairement ici, puisque les codes universels graphiques, de la méchante habillée en noir telle une sorcière malfaisante, et la gentille vêtue de blanc virginal et pur se brisent enfin. C’est peut être étrange comme opinion, mais c’est le genre de chose que je trouve plus intelligente à transmettre aux enfants, plutôt qu’une version étriquée des choses. 

En conclusion :

Si comme moi, vous avez adoré découvrir Angelina Jolie en Maléfique, et l’avez trouvez délicieusement envoûtante en fée noire, n’hésitez pas. Si vous aimez les histoires de royaumes enchantés, de créatures magiques et de princes charmants, ce film est pour vous. Enfin, si vous préférez la belle Elle Fanning en princesse champêtre avec toute la douceur et la candeur dont elle est capable, une chose est sûre : allez voir ce film. Pour vous donner un ordre d’idée, l’histoire est comparable à Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, avec beaucoup plus de réflexion sur le scénario et les personnages, ainsi  qu’un résultat beaucoup plus grandiose. Si avec tout ça je n’arrive pas à vous convaincre, je ne sais plus quoi vous conseiller.

 

Princesse BN

Princesse BN

Infographiste free-lance, princesse et licorne à mi-temps. Depuis toute petite, mon rêve est de faire sourire les gens et leur apporter du bonheur. J’ai trouvé cela dans les films, principalement d’animation et fantastiques. Lorsque je ne suis pas devant un écran, c’est pour passer du temps avec mes chats, ou mon cheval.
J’ai rejoins le Blog de Cheeky pour partager mes expériences, ma passion pour l’écriture et le cinéma. Si j’arrive également à vous mettre des étoiles dans les yeux et vous faire rêver, c’est un bonus non négligeable pour moi !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clic