Klaus, c’est le premier long métrage d’animation distribué par Netflix, sorti spécialement pour les fêtes. Vous aviez déjà dû en entendre parler si vous nous suivez, car nous avions eu la chance d’assister au Work In Progress lors du Festival d’Animation d’Annecy. Sergio Pablos signe son premier long métrage en tant qu’auteur-réalisateur, au sein de ses propres studios : SPA Studio. Pas moins de 250 personnes de 23 nationalités différentes ont travaillé dans les locaux espagnols, pour donner vie à ce projet ambitieux. Alfonso G. Aguilar composera plus de 7h de musique pour habiller habilement les 66 minutes de film, et nous transporter dans l’univers bucolique du conte de Noël. Sorti en France sur la plateforme le 15 Novembre dernier, il était même disponible gratuitement le temps d’un week-end. Et au final, bonne surprise pour Noël, ou cadeau empoisonné ?

 

Alors Klaus, de quoi ça parle ?

Jesper, apprenti postier égoïste et vaniteux, est envoyé par son père dans le petit village de Smeerensburg pour faire ses preuves. Il a un an pour faire revivre le service postal et délivrer 6000 lettres, sinon ses vivres seront coupés, et il perdra ses privilèges. Mais si l’inhospitalière bourgade lui donnera du fil à retorde, la rencontre inattendue avec Klaus, le fabriquant de jouet isolé dans les bois, pourrait bien changer la donne et redonner vie et tendresse au village.

Voici 4 raisons qui prouvent que Klaus est un beau cadeau de fin d’année pour attendre Noël. 

I. Un conte de Noël inédit 

Si la période hivernale est le moment fétiche pour ressortir les contes et histoires de Noël, on ne va pas se mentir : c’est toujours la même chose en général. Bien loin de l’habituel revisite du Grinch ou des histoires mielleuses d’amour, Sergio Pablos nous propose un point de vue innovant en explorant une piste trop souvent laissée de côté : d’où vient le Père Noël (Santa Claus en anglais) ? Et ça marche. L’intrigue nous tient en haleine du début à la fin, et arrive même à nous surprendre, alors qu’on pensait déjà avoir tout vu. En créant sa propre histoire, Sergio revisite les codes universels de Noël, et nous apporte une touche de magie dans le pragmatisme de ce monde.

II. Un magnifique tableau animé 

Je me souviens que l’équipe parlait de garder le visuel des concept art lors du WIP d’Annecy, et déjà cela m’avait impressionné. Mais sur 1h30 d’animation, le résultat est encore plus époustouflant. L’atmosphère est parfaitement retranscrit, on pourrait presque sentir le froid nous chatouiller le nez au fur et à mesure de la découverte des décors. Que ce soit la ville délabrée, ou la forêt bucolique, les graphistes ont réussi à rendre la moindre parcelle du village photogénique et aussi esthétique qu’intéressante. Pour moi, Klaus restera une pépite, et une référence graphique de renom

III. Le retour triomphant de l’animation traditionnelle. 

Le traitement des profondeurs, les jeux d’ombres et de lumières sont impressionnants, et nous donnent l’illusion d’un rendu 3D digne des plus grands studios d’animation. Mais ne vous laissez pas avoir : tout a été réalisé de façon traditionnelle, et c’est encore plus spectaculaire. Klaus dépoussière l’animation 2D, trop souvent délaissée ces derniers temps, pour l’élever à un niveau supérieur. Le rendu est impeccable, et saisissant de détails. Sergio Pablos Animation Studio donne un nouveau souffle au cinéma traditionnel, et le pari est largement réussi

IV. Une morale bienvenue dans ce monde de brute. 

Qui dit conte, dit forcément morale. Je sais que j’en parle beaucoup, mais pour moi, les messages passés à travers les films sont aussi importants que l’histoire ou le visuel. Vous entendrez plusieurs fois Klaus prononcer ces mots : « Un acte de bonne volonté en entraîne forcément un autre ». Et même si cela peut nous sembler utopique, le film nous prouve que l’optimisme du fabricant de jouet peut s’avérer réel, et changer la perception du monde. Sans nous rabâcher ces valeurs généreuses et bienveillantes à longueur de temps, les actes semblent plus importants que les paroles, et nous démontrent beaucoup plus facilement le sens de cette phrase. 

Conclusion :

Si comme moi vous adorez les films de Noël, mais que vous êtes lassés par la similitude des scénarios développés au fil des ans, Klaus est fait pour vous. Si vous vous languissez des films d’animation traditionnelle, et que les livres de concept art vous émerveillent, n’hésitez plus ! Enfin, même si tout cela ne vous convainc pas, mais que j’ai piqué votre curiosité, prenez le temps de découvrir cette petite merveille. Et surtout gardez en tête que, même si le thème peut paraître enfantin, Klaus réussira à séduire aussi bien les grands comme les petits

Princesse BN

Princesse BN

Infographiste free-lance, princesse et licorne à mi-temps. Depuis toute petite, mon rêve est de faire sourire les gens et leur apporter du bonheur. J’ai trouvé cela dans les films, principalement d’animation et fantastiques. Lorsque je ne suis pas devant un écran, c’est pour passer du temps avec mes chats, ou mon cheval.
J’ai rejoins le Blog de Cheeky pour partager mes expériences, ma passion pour l’écriture et le cinéma. Si j’arrive également à vous mettre des étoiles dans les yeux et vous faire rêver, c’est un bonus non négligeable pour moi !

Voir tous ses articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez un e-mail à chaque mise à jour du blog de Cheeky !

  • - Seulement 2 mails par mois
  • - C'est gratuit
  • - Et sans engagement : Vous pouvez vous désabonner à tout moment en un clic